Héros Limite
Poèmes mis en voix par Laurent Vacher
assisté d’Amala Saint-Pierre
Avec Alain Fromager
Création musicale/interprétation : Johann Riche à l’accordéon
Création lumière : Victor Egea

Coproduction Compagnie du Bredin – Théâtre Gérard Philipe de Frouard
La Compagnie est conventionnée par la DRAC Lorraine – Ministère de la Culture, subventionnée par le Conseil Régional de Lorraine

Critique théâtre on line


Il y a les poètes que l’on aime et il y a ceux qui nous accompagnent, des complices, qui petit à petit font partie de nous. Un peu impudique, nous les emmenons partout, ils nous suivent ou nous poursuivent dans les recoins de vos sentiments cachés, témoins silencieux et pourtant ô combien bavards de nos douleurs et de nos chaleurs, dans cette irrésistible envie d’aimer et d’être aimé.
Machinalement la main glisse dans une poche, dans un cartable, un sac et en ressort un livre, le cahier contenant le poème.
Fort de cette complicité, on se laisse aller à la lecture du poème comme à une ivresse, à un plaisir intime.
Se dévoiler, se dévêtir, la gêne ressentie…que l’on aime tant au fond ! Ce moment, un peu bègue, un peu tremblotant, et puis on éteint la lumière.
Donner à l’autre à entendre ses fragilités, ses pas hésitants, le temps allongé des mots qui ne veulent pas sortir. Les sentiments qui se compriment, le besoin de se dire tant et tant de choses. Que ma vie n’est qu’un fragment d’accident, d’incident, qu’il ne m’est jamais facile de vous parler.
Nous sommes tous, à certains moments, les bègues de notre vie.
Ce complice intime et bavard à la fois est pour moi Ghérasim Luca.
La fragilité de cette langue me bouleverse et m’a souvent paru être l’écho de ma propre déraison.
C’est lors d’une de ces relectures habituelles que j’ai pensé que l’acteur Alain Fromager et l’accordéoniste Johann Riche seraient juste à leur place pour réaliser une mise en voix et en musique de « Héros-limite » comme Ghérasim Luca l’a d’ailleurs fait lui-même à plusieurs reprises.
Il ne s’agit pas de transformer les poèmes en chansons, ni d’inventer un accompagnement, mais de faire une proposition sonore et musicale, de réaliser un véritable travail de création musicale en dialogue, réponse au jeu d’écriture de ces textes intimes, toujours ancrés sur le sensoriel, sur l’âme. Le cri, la douleur mais aussi l’humour, la fragmentation de nos sens… sa parole, à bout de souffle, vient nous percuter.

Laurent Vacher

Maison de la Poésie
du 23 au 27 avril et du 21 au 25 mai 2008
passage Molière - 157 rue Saint Martin 75003 Paris +33 1 44 54 53 00
http://www.maisondelapoesieparis.com
RER les Halles ou métro Rambuteau - Tarifs : plein tarif : 20 € - tarif réduit : 15 € et 10 €
du mercredi au samedi à 19h - dimanche à 15h